Accueil    Faits de société  L'Arche de Zoé - Journal d'un bénévole
L'Arche de Zoé - Journal d'un bénévole

L'Arche de Zoé - Journal d'un bénévole


Alain Péligat

Né en 1951, à Dôle dans le Jura, Alain Péligat, ce musicien amateur et sonorisateur de spectacles aurait pu se contenter de mener une existence simple si les événements de la vie ne l’avaient pas frappé ; chauffeur routier international pendant 14 ans et suite à un accident grave de la route, il est devenu professeur de conduite routière. Il enseigne aujourd’hui au lycée Oehmichen, à Châlons-en-Champagne. Papa de 7 enfants dont l’aînée est décédée, victime d’un accident de la route en 1996, Alain Péligat s’est depuis battu en faveur de l’adoption internationale, ayant adopté lui-même ses 3 filles au Cambodge après plusieurs grèves de la faim. La cause des enfants est désormais sa raison de vivre ; c’est ainsi qu’il s’est lancé dans le projet d’accueil d’orphelins du Darfour à titre bénévole et avec l’assentiment de ses enfants et de son épouse pour un unique but : sauver des vies, sauver des enfants livrés à eux-mêmes face à la cruauté et à l’indifférence des hommes.

Septembre 2007, Alain Péligat part en tant que logisticien bénévole à la frontière Est du Tchad, zone de guerre que les ONG ont désertée depuis longtemps, à l’exception de Médecins Sans Frontières Suisse.
Soutenu par plus de 300 familles françaises et belges dont une grande majorité d’enseignants et de personnel de la santé, il se lance dans une mission dont l’unique but est de sauver des orphelins du Darfour, accompagné de 25 bénévoles ; médecins urgentistes, pédiatres et psychologues, infirmiers, pompiers et logisticiens, conforté par un cadre juridique validé par deux cabinets d’avocats.
Pendant plusieurs semaines, l’équipe située à Adré va évoluer dans un climat de tension intense, ayant à se retrancher dans leur base tant les risques d’être attaquée s’amplifient. Puis ce sera l’attente et enfin l’arrivée des premiers enfants.
Alors que la mission s’achève, Alain Péligat est arrêté avec ses compagnons d’infortune, par la police tchadienne. Dès lors L’Affaire « Arche de Zoé » est née avec son déferlement médiatique et ses imbroglios politico-économiques que représente la France Afrique.
Dans son journal, Alain Péligat raconte la mission telle qu’il l’a vécue avec ses moments de joie et de tristesse, ses moments de rire et de douleur dans un univers quasi surréaliste tant ce qui s’est passé tout au long de cette aventure dépasse l’imaginable.



euro 21.00

Code article: 9782354510404

L'Arche de Zoé - Journal d'un bénévole


  • Info produit

Né en 1951, à Dôle dans le Jura, Alain Péligat, ce musicien amateur et sonorisateur de spectacles aurait pu se contenter de mener une existence simple si les événements de la vie ne l’avaient pas frappé ; chauffeur routier international pendant 14 ans et suite à un accident grave de la route, il est devenu professeur de conduite routière. Il enseigne aujourd’hui au lycée Oehmichen, à Châlons-en-Champagne. Papa de 7 enfants dont l’aînée est décédée, victime d’un accident de la route en 1996, Alain Péligat s’est depuis battu en faveur de l’adoption internationale, ayant adopté lui-même ses 3 filles au Cambodge après plusieurs grèves de la faim. La cause des enfants est désormais sa raison de vivre ; c’est ainsi qu’il s’est lancé dans le projet d’accueil d’orphelins du Darfour à titre bénévole et avec l’assentiment de ses enfants et de son épouse pour un unique but : sauver des vies, sauver des enfants livrés à eux-mêmes face à la cruauté et à l’indifférence des hommes.

Septembre 2007, Alain Péligat part en tant que logisticien bénévole à la frontière Est du Tchad, zone de guerre que les ONG ont désertée depuis longtemps, à l’exception de Médecins Sans Frontières Suisse.
Soutenu par plus de 300 familles françaises et belges dont une grande majorité d’enseignants et de personnel de la santé, il se lance dans une mission dont l’unique but est de sauver des orphelins du Darfour, accompagné de 25 bénévoles ; médecins urgentistes, pédiatres et psychologues, infirmiers, pompiers et logisticiens, conforté par un cadre juridique validé par deux cabinets d’avocats.
Pendant plusieurs semaines, l’équipe située à Adré va évoluer dans un climat de tension intense, ayant à se retrancher dans leur base tant les risques d’être attaquée s’amplifient. Puis ce sera l’attente et enfin l’arrivée des premiers enfants.
Alors que la mission s’achève, Alain Péligat est arrêté avec ses compagnons d’infortune, par la police tchadienne. Dès lors L’Affaire « Arche de Zoé » est née avec son déferlement médiatique et ses imbroglios politico-économiques que représente la France Afrique.
Dans son journal, Alain Péligat raconte la mission telle qu’il l’a vécue avec ses moments de joie et de tristesse, ses moments de rire et de douleur dans un univers quasi surréaliste tant ce qui s’est passé tout au long de cette aventure dépasse l’imaginable.